Meet The Talent #9 – Horizons créatifs

Adobe
C’est donc une année 2018 qui débute bien. La nouvelle édition des rencontres créatives Meet the talent, qui s’est déroulée au Laptop le 1er février, a accueilli un panel hétéroclite de créatifs, allant de l’illustration à la réalisation, de la photographie au design interactif.
C’est dans le nouvel espace du Laptop, espace de coworking, de formations UI/UX et d’organisation d’événements, que s’est déroulée la 9ème édition des « Meet the talent ». Notre expert Stéphane Baril était présent à l’événement pour présenter Adobe Stock et le tout nouveau Adobe Dimension.

Le tableau d’honneur a une nouvelle fois séduit, avec comme première intervenante Victoria Roussel. Cette illustratrice obsédée par le cosmos et les reliefs montagneux, travaille pour Rock en Seine, Timberland, Paulette Magazine, Angie, le CNRS, etc. Elle alterne entre affiches pour des événements, cartes de vœux, fresques et installations, créas pour des magazines, sérigraphies, etc. Victoria Roussel est revenue sur ses inspirations, la bande dessinée, la science-fiction, et la montagne, ainsi que sur sa méthode de travail. « Je pars souvent de quelque chose de très banal et quotidien, une manière d’observer le quotidien pour en retirer une histoire. L’illustration pour moi devient le moyen de raconter cette histoire », confiait-elle.

@victoria_rsl les inspirations d’une illustratrice qui déboite 👍 @AdobeFrance @Le_Laptop #MeetTheTalent pic.twitter.com/ZBV0m0Huot
— founsy (@founsy) February 1, 2018

Réalisateur et motion designer, Raphael Bluzet jongle entre ses projets personnels qui lui permettent de révéler son approche artistique, et les travaux de commandes. « Je me définis comme quelqu’un qui cherche d’abord le concept avant la technique, qui apprécie les collaborations avec des personnes d’horizons différents : des illustrateurs, des compositeurs, des gens qui, par leur vision différente, enrichissent le projet ». Raphael Bluzet a présenté un projet personnel, le court-métrage « We need to talk about Cosmos ». Ce projet, qui s’est étalé sur 7 mois, repose sur les dessins d’Arthur Poitevin : « Il a un dessin qui apporte beaucoup de rêveries et que j’aime beaucoup, qu’il travaille à base de colorex. Je lui passais une planche par séquence, avec les intentions, qu’il retranscrivait en dessin. A partir des planches de dessin, qui donnaient tous les décors de fond, il a fallu animer les personnages. Ce qui est intéressant, c’est que les techniques se croisent, entre l’animation traditionnelle, l’animation 2D et l’animation 3D, à partir de la même esthétique, sans que les gens ne puissent voir la différence », explique Raphael Bluzet.

🚀Here is a teaser for “We need to talk about cosmos.” Painted by this guy on the moon @ arthur3000 🚀 Stay tuned ! #astronaut #space pic.twitter.com/NYIqA342u3
— Raphaël Bluzet (@Raphaelbluzet) September 12, 2017

Julie Flogeac, illustratrice et designer interactive, a présenté un premier projet personnel « The Grey Tales », autour de 4 histoires sur la protection des éléphants à travers 4 destinations différentes. Elle est ensuite revenue sur la conception du site d’une musicienne jazz du label Lo Flo Records, puis sur le Griffin, un livre illustré pour enfants. « J’ai choisi de travailler sur les yeux et la dynamique du corps quand il vole, se pose, mange », explique Julie Flogeac. Le label Lo Flo Record lui a également commandé la DA sur une collection de vinyles. « J’ai aimé l’idée que ce soit une famille, j’ai pensé ce travail comme une phrase dans laquelle chaque mot serait un album et la musique serait la phrase », explique Julie Flogeac. « J’ai dansé avec mes mains sur la musique pour donner des formes, qui ont servi ensuite à créer une calligraphie ».

Pour clôturer cette session, Constantin Schlachter est revenu sur ses inspirations en tant que photographe artiste et la façon dont son approche artistique influe son travail de commande pour la presse. « La mode est un moyen d’expérimenter, un terrain de jeu », explique-t-il avant de présenter son travail artistique : « Mes images sont comme une fiction sensorielle qui oscille entre l’abstrait et le symbolique. Je n’ai jamais de projet bien défini, je me laisse aller à produire des images jusqu’aux moments où les images elles-mêmes, parce qu’elles possèdent leur signification et leur propre histoire, me dictent une narration », explique Constantin Schlachter. Avec des images tantôt abstraites, tantôt figuratives, Constantin Schlachter a présenté la trajectoire du Gyrovague, une quête initiatique qui suit un personnage à travers 3 périodes : une période sombre et confuse, une période où le personnage rentre dans une grotte et une 3ème période de renaissance. Un travail à redécouvrir en vidéo.

Merci à tous ces talents d’être venus pour montrer leurs créations et présenter leur approche. Pour connaître les dates des prochains Meet the talent, rendez-vous ici.